Rechercher

MC CONSULT' - Accompagnement à la Création de Micro-crèches

Au Pays des Merveilles a eu le plaisir de vous présenter Sandrine RAMACIOTTI, fondatrice de MC CONSULT'. Venez faire connaissance avec elle et son entreprise qui aide les futurs gérants de micro-crèches.

COMMENT T'EST-IL VENU A L'IDEE DE CREER CE GENRE D'ENTREPRISE ?


"J’ai créé et j’ai géré 3 micro-crèches durant 10 ans, en juillet 2020 j’ai dû vendre la société car mon associée et moi-même n’étions plus en phase.

Très vite, j’ai voulu me relancer dans la création d’une Micro-crèche. J’ai vécu ce nouveau projet comme un nouveau départ, une nouvelle aventure et pour lequel j’ai vite trouver un local, des partenaires. Enfin tout était au vert ! Sauf que, les banques ne comprenaient pas pourquoi j’avais vendu 3 crèches pour en recréer une nouvelle trois mois plus tard. Je n’ai donc pas trouver de financement et ai du avorté ce projet avec grande déception.

Le temps de reprendre un peu mon sang froid, et ne sachant pas du tout rester sur un échec, j’ai voulu me lancer dans un projet qui me tenait à cœur et surtout, que je savais gérer.

Pendant 10 ans, en plus de mes micro-crèches, j’ai accompagné et aidé plusieurs porteurs de projet dans leur création de façon officieuse. Je l’avoue, c’est une activité que j’ai beaucoup apprécié. J’adore aider les gens et les voir réussir. Et cela à fait « tilt » dans ma tête, j’ai su que c’était cela que je devais faire !


LA CREATION DE MICRO-CRECHES EST-ELLE EN PLEIN ESSOR ?


Les micro-crèches sont les deuxièmes contributeurs de places collectives en Métropole.

Si le concept, était au stade expérimental, il y a encore 11 ans, aujourd’hui ce type de structure est bel et bien considérée comme un EAJE (Établissement d’accueil du Jeune Enfant). Pour les municipalités, créer ce genre d’établissement est contraignant et coûte cher, ce qui fait que de plus en plus de municipalités mettent en gestion leur multi-accueil ou se déchargent d’implanter de nouvelles places dans les communes. Une aubaine pour les entreprises privées qui ont pu se développer de façon exponentielle sur le territoire. D’autant que les porteurs de projet privés ne sont pas dans l’obligation d’avoir un diplôme dans la petite enfance pour ouvrir une micro-crèche.

Donc pour répondre à ta question, le marché des micro-crèches est en plein essor et cela ne va pas s’arrêter demain !


QUELLES SONT LES DIFFICULTES LORSQUE L'ON VEUT CREER UNE MICRO-CRECHE ?


La création de micro-crèche est assez complexe. Chaque département a sa manière de fonctionner, sa procédure et ses interprétations des textes de loi. Alors pour un porteur de projet tout cela peut sembler brouillon, voir même insurmontable !

Je dirai donc que l’une des principales difficultés est de réussir à rassembler les bonnes informations du département où l ‘on souhaite s’implanter, afin de pouvoir avancer avec un plan bien précis.

La deuxième difficulté est de savoir dans quelle commune s’implanter et de trouver un local, et la troisième grosse difficulté est de trouver un financement.

Toutes ces difficultés réunies, font que la création d’une micro-crèche reste longue par rapport à d’autres créations d’entreprises. A cela s'ajoute le fait que nous sommes soumis à une demande d’agrément, ce qui ajoute d'autant plus les délais.

D’ailleurs, beaucoup de porteurs de projet se découragent dès l’étape de recherche de local... D’où l’intérêt d’avoir un soutien ainsi qu'un accompagnement personnalisé et adapté à chaque département.


POURQUOI LES GENS FONT-ILS APPEL A TOI ?


Ce qui revient le plus souvent chez les personnes qui font appel à moi, c'est qu’elles se sentent seules et non comprises des services départementaux.

Les porteurs de projet en micro-crèches sont souvent vus par les services de PMI (Protection Maternelle Infantile) comme des personnes dont la priorité est l’argent. D’autant plus lorsque l’on n’est pas issu du monde de la petite enfance.

Mon rôle est de les rassurer, de leur faire comprendre que ce projet est un merveilleux projet qui demande malheureusement beaucoup de force de persuasion et d’obstination.

De plus, comme expliqué plus haut, beaucoup de démarches se font simultanément, et cette simultanéité perturbe : par exemple, le fait de devoir chercher un local, avant même d’avoir eu certains accords.